Ostéopathie et PMA

Une main experte pour aider et apaiser

 

 

La procréation médicalement assistée ou PMA consiste à manipuler un ovule et/ou un spermatozoïde afin d’optimiser les chances d’avoir une grossesse. En France, 145 000 tentatives de PMA en 2015, ce protocole augmente de 10 à 22% les chances d’avoir une grossesse. 

 

Petit rappel sur la différence entre la stérilité et l’infertilité : dans le premier cas il s’agit d’une impossibilité totale à procréer, souvent d’origine médicale et donc l’ostéopathie n’intervient pas. Dans le second cas, il s’agit d’une difficulté à procréer sans cause médicale. L’ostéopathie peut alors se révéler être d’une aide précieuse10% des couples sont confronter à l’infertilité. 

 

Les causes de l’infertilité peuvent être liées à des tensions qui perturbent la zone gynécologique. Localement ou à distance. La mobilité des structures dépend de la liberté de mobilité des tissus. Or tous les tissus du corps sont enchevêtrés les uns avec les autres.

Les tensions gênant l’appareil reproducteur peuvent être dues à une chute même ancienne, une cicatrice abdominale, une infection uro-gynécologique, un choc violent physique ou émotionnel, une fausse couche, une IVG … 

 

Le cycle de la femme et de l’homme est garanti par un équilibre mécanique, hormonal et psychique. Les causes sont souvent centrales : système nerveux central d’où l’importance du travail crâne / sacrum ou périphériques : utérus, trompes, ovaires, rein, bassin … L’origine est souvent d’ordre mécanique on parle alors d’infertilité fonctionnelle

 

Le traitement ostéopathique proposé s’adresse aux deux partenaires du couple. Il est indolore et naturel

 

L’ostéopathie vise à redonner les pleines capacités circulatoires sur l’ensemble du corps et notamment sur le plan gynécologique. En ostéopathie, le traitement obéit à « la loi de l’artère » c’est-à-dire que la circulation liquidienne doit être optimale pour assurer le meilleur fonctionnement possible. 

 

 

Le travail se portera sur l‘optimisation de la mobilité locale ou à distance des fonctions gynécologiques : 

  • des ovaires, trompes, utérus : favoriser la migration et la nidation  
  • des reins et surrénales : pour optimiser la circulation de l’artère ovarienne
  • du plexus solaire et hypogastrique : garant de l’innervation parasympathique gynécologique.

 

Mais aussi s’assurer de l’équilibre entre : 

 

  • les structures du bassin osseux : optimisation de la circulation vasculaire et nerveuse
  •  les différents diaphragmes 
  • des tensions ligamentaires : soulager le bassin ostéo-ligamentaire
  • abdominal : libérer les adhérences cicatricielles et les tensions digestives ou urinaires en lien avec les fonctions gynécologiques.